Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

L’immaturité de l’Etudiant Sénégalais d’aujourd’hui est INADMISSIBLE!!!

Posté par: Usman TUREY| Jeudi 14 août, 2014 19:47  | Consulté 3808 fois  |  22 Réactions  |   

 

Bourses ! Logement ! Restauration ! Réformes pédagogiques et sociales universitaires ! Voici, désormais, les questions qui provoquent et ornent la revendication estudiantine.

 

L’université, de manière générale, perçue comme un temple de savoir générateur d’acteurs bien formés et compétents assez pour résoudre les problèmes que posent le milieu naturel, a longtemps été le champ de la critique documentée des actions de l’Etat au sein de la société. Ainsi l’étudiant a toujours été perçu comme cet individu à la lucidité exemplaire, à l’intellectualité affirmée par son aptitude à poser les bonnes questions et les bons débats, à l’engagement infaillible pour la cause de la défense des intérêts de ses frères et de sa nation. L’étudiant était cet être qui, investi par sa communauté, se souciait moins de ses problèmes personnels et s’engageait avec détermination au service de sa collectivité pour veiller à ce que Justice, Morale et Equité soient les valeurs promues et respectées ainsi que partagées.

Cette logique a toujours su inspirer la démarche et l’engagement des générations d’étudiants qui sont passés dans les universités du monde, plus particulièrement ceux du Sénégal. On se rappelle tous des révolutions qui ont été à l’origine des mouvements estudiantins. Partout dans le monde, les étudiants représentaient cette couche de la population qui participait le plus activement dans la bonne marche et gestion des affaires communes partagées.  

Du temps de la construction des grands complexes estudiantins, les dirigeants ont toujours veillé à les éloigner des centres urbains car dans tous les pays du monde c'est très souvent l'étudiant qui "dénonce et revendique". (Mai 1968, Pékin, et j'en passe).

Au Sénégal, lors d’évènements dont certains proclament qu’ils étaient antérieurs à ceux de la France, les étudiants ont été centraux dans la pire crise politique à laquelle le président, Léopold Sedar Senghor, ait eu à faire face depuis l’indépendance. D’ailleurs l’intensité de cette crise l’avait amené à fuir la capitale et à faire appel à l’armée française pour rétablir l’ordre, après seulement huit ans d’indépendance. Il y'a aussi eu le printemps Berbere et d'autres manifestations aussi contre les quotas au bac, contre les orientations forcées etc... Ce qui montre que l’étudiant sénégalais a toujours été honorablement engagé pour servir la collectivité en initiant des actions responsables capables de faire fléchir l’Etat par rapport à sa position. L’étudiant sénégalais était un lion qui ne reculait devant rien ! Il était prêt à encaisser comme prime l’emprisonnement pour symboliser sa détermination à servir.

Il va sans dire que l’étudiant sénégalais d’autrefois dérangeait énormément l’Etat du Sénégal, il le faisait suffoquer ! Et il ne sert aussi à rien d’apprendre à quiconque que l’Etat n’allait pas se laisser déstabilisé aussi longtemps. Autrement dit, personne n’a besoin qu’on lui dise que l’Etat allait trouver un moyen de divertir les étudiants, de les occuper, de les canaliser afin d’étouffer leurs tentatives de révolutions ou tout simplement de ridiculiser ces dernières aux yeux de l’opinion publique nationale.

A y vois plus près, aujourd’hui, on sent nettement que l’Etat du Sénégal a amplement réussi cette mission de détournement et de diversion mais surtout celle de « décrédibilisation » de l’honneur de l’étudiant. L’étudiant sénégalais, de nos jours, ne se soulève que s’il n’y a pas paiement des bourses, ou d’autres problèmes de natures spécifiquement locales. D’ailleurs l’opinion publique sénégalaise, aujourd’hui, s’est fait une image des étudiants : Pour elle à chaque fois que les étudiants se soulèvent, c’est pour réclamer leurs bourses.   Mais il ne se soulève jamais pour dénoncer l’injustice sociale, la dépravation des mœurs, les méfaits de la mondialisation, ou la signature des APE par notre gouvernement par exemple. Ce qui est déplorable !

Donc on en est à époque où l’étudiant sénégalais a tellement été volontairement bourré de problèmes par l’Etat pour empêcher l’exercice de son esprit critique en vue d’une éventuelle conscientisation des masses. Ainsi L’Etat a fait exprès de rendre ses facilités naturelles très difficiles et lui fait croire qu’il doit faire des efforts pour le mériter. Et l’étudiant sénégalais, loin de comprendre que ceci ne constitue qu’une opération visant à le distraire et à l’écarter du véritable combat de la société dont il était le plus engagé à défendre.

C’est pourquoi l’étudiant sénégalais d’aujourd’hui perd son temps à réclamer des bourses tandis que d’autres questions et revendications beaucoup plus légitimes à se poser : Par exemple pourquoi dans tous les pays du monde, 80% des étudiants doivent bosser (job étudiant chez McDonald, Quick etc...) alors que chez nous cet aspect est quasi inexistant???

#Le_Combat_Continue

Usman TUREY

Communicant/UGB/CRAC/Saint-Louis

usmanturey@live.fr

 L'auteur  Usman TUREY
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (22)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Août, 2014 (20:14 PM) 0 FansN°:1
Analyse pertinente. J'approuve
Papa Djibril DIEYE En Août, 2014 (20:33 PM) 0 FansN°:2
cultivons le sens de la responsabilité, crions haut et fort non à la corruption, Oui à une justice indépendante et impartiale, Oui à la bonne gouvernance, à la qualité de l'enseignement, à la mise en place de réformes inspirées de nos réalités socio-culturelles. luttons contre les politiciens amateurs qui font du copier-coller etc. Oui ces questions devraient être les préoccupations fondamentales des futures leaders de ce pays, mielleusement il est déplorable de voir qu'on ne hausse le ton que lorsque les bourses sont tardivement payer. le combat c'est au-delà. Nous sommes des intellectuels, les futures dirigeants de ce pays cessons de nous lamenter sur notre sort et agissons en tant que tel.
UsmanTurey En Août, 2014 (03:59 AM) 0 FansN°:3
Effectivement M. DIEYE. Vous avez tout dit! Retrouvons nous autour de l'essentiel et honorons le combat que nous avons hérité et que nous nous devons de défendre!
Kocc Barma En Août, 2014 (13:07 PM)0 FansN°: 1500805
Attention à ton français, étudiant: "combat que nous avons hérité de ..... (+ COD); ou, si tu veux mettre un point après "hérité", alors la formulation correcte serait: "combat dont nous avons hérité" (formulation calamiteuse, mais grammaticalement correcte). Souviens-toi toujours de ceci": on n'hérite pas quelque chose, on hérite de quelque chose.
AG En Août, 2014 (14:24 PM) 0 FansN°:4
Avant de penser il faut d'abord avoir le ventre plein. Ces étudiants sont confrontes a un besoin primaire (se nourrir, se loger). La pensée devient un luxe devant la faim et la précarité. Le gouvernement du Sénégal a réussi a rendre la situation de l’étudiant très précaire de telle sorte que celui ci ne peux penser qu'a son vécu d'aujourd'hui. Ces étudiants dont tu parles de 1960 aux années 1990, n'ont jamais eu de problèmes de bourses. Leurs bourses étaient payées a temps, il avaient leurs besoins primaires réglés. Des lors ils pouvaient se permettre des discussions et des regards critiques sur le monde et sur le fonctionnement et l’idéologie d'un gouvernement.

Vous dites que 80% des étudiants doivent bosser. Je suis d'accord avec vous, mais ou trouver ces jobs, dans un pays ou 70% des jeunes sont au chômage, ou l’économie est au ralenti, ou les entreprises nationales ferment chaque jour? Le problème c'est moins les étudiants que les dirigeants du pays. Ces derniers ne croient pas en l’éducation au Sénégal, ils ont tous amené leur fils étudier a l’étranger. C'est la première chose a voir. Ni Macky Sall, ni Mary T Niane, ni Daouda Diallo n'ont confiance au système qu'il dirigent, sinon ils n'auraient pas envoyé leur progénitures a l’étranger. Comme disent les ricains: "they dont give a shit".
S'il faut faire une contribution, ce serait mieux de l'orienter vers ces dirigeants véreux. Les étudiants font avec les moyens du...
Anonyme En Août, 2014 (12:12 PM)0 FansN°: 1505094
le senegal est pays sous develope and you want l'etat de faire face a tous vos besoins. BE REALISTIC c'est toujours la meme chose,on casse tous on brule tout on revendique tout on veux tout et c'est L'ETAT qui doit faire tout! STOP THAT NONSENSE!
UsmanTurey En Août, 2014 (17:52 PM) 0 FansN°:5
Merci pour la leçon M. Kocc Barma. Croyez-moi, elle a été bien reçue et elle sera bien assimilée aussi. Donc je puis considérer cela comme étant votre contribution par rapport à la forme de mes écrits! Maintenant je voudrai savoir ce que vous en dites par rapport au fond! Merci d'avance.

M. AG je vous comprends parfaitement. Avant tout je suis un étudiant! Mais ce dont je suis entrain de parler c'est l'indifférence inadmissible des étudiants par rapport à la gestion de la cité. On ne sent véritablement aucune implication des étudiants dans la société de manière générale. Ils ne participent aux grands débats,ni moins ne les initient! Là je dis que c'est inadmissible car les étudiants sont les futurs dirigeants de ce pays et aucun prétexte ne doit les désengager dans l'imprégnation de l'actualité, de ce qui se fait! Ils ont une position à adopter ainsi qu'un combat à mener en tant qu'intellectuels!

C'est vrai que les étudiants des années 70 n'avaient presque pas de problèmes de bourses, et pratiquement pas les types de problèmes que nous rencontrons aujourd'hui. Et c'est effectivement ce qui les permettaient de pouvoir prendre position et de participer pleinement dans la vie politique du pays. Mais il faut oser le dire, la participation des étudiants dans la vie politique du pays a toujours déranger l'Etat qui a vainement cherché à les canaliser!

Maintenant, comme je l'ai dit dans ce billet, l'Etat devait trouver une solution...
UsmanTurey En Août, 2014 (17:55 PM) 0 FansN°:6
Merci pour la leçon M. Kocc Barma. Croyez-moi, elle a été bien reçue et elle sera bien assimilée aussi. Donc je puis considérer cela comme étant votre contribution par rapport à la forme de mes écrits! Maintenant je voudrai savoir ce que vous en dites par rapport au fond! Merci d'avance.

M. AG je vous comprends parfaitement. Avant tout je suis un étudiant! Mais ce dont je suis entrain de parler c'est l'indifférence inadmissible des étudiants par rapport à la gestion de la cité. On ne sent véritablement aucune implication des étudiants dans la société de manière générale. Ils ne participent aux grands débats,ni moins ne les initient! Là je dis que c'est inadmissible car les étudiants sont les futurs dirigeants de ce pays et aucun prétexte ne doit les désengager dans l'imprégnation de l'actualité, de ce qui se fait! Ils ont une position à adopter ainsi qu'un combat à mener en tant qu'intellectuels!

C'est vrai que les étudiants des années 70 n'avaient presque pas de problèmes de bourses, et pratiquement pas les types de problèmes que nous rencontrons aujourd'hui. Et c'est effectivement ce qui les permettaient de pouvoir prendre position et de participer pleinement dans la vie politique du pays. Mais il faut oser le dire, la participation des étudiants dans la vie politique du pays a toujours dérangé l'Etat qui a vainement cherché à les canaliser!

Maintenant, comme je l'ai dit dans ce billet, l'Etat devait trouver une solution...
UsmanTurey En Août, 2014 (17:57 PM) 0 FansN°:7
Maintenant, comme je l'ai dit dans ce billet, l'Etat devait trouver une solution efficace, autre que leur éloignement des centres urbains, pour les faire taire ou tout simplement les ridiculiser! C'est pourquoi aujourd'hui, on en est au stade où l'université sénégalaise est bourrée de problèmes. Chaque problème apparemment résolu ouvre des brèches à encore d'autres nouveaux problèmes. Les problèmes au sein de l'université se multiplient et s'accélèrent à un niveau terrible. Ce qui fait que les étudiants ne pourront plus s'occuper de l''agenda politique du gouvernement car assaillis par une cohorte de questions d'ordre internes qu'ils se doivent de résoudre.

Mais ce qui est malheureux, c'est que l'étudiant sénégalais est loin de comprendre que tous ces problèmes au sein des universités sénégalaises sont le fruit d'une programmation de la machine gouvernementale. L'immaturité de l'étudiant sénégalais d'aujourd'hui se laisse identifiée exactement à ce niveau!
2 mins · Like
AG En Août, 2014 (18:59 PM) 0 FansN°:8
Je pense que maintenant on se comprend un peu mieux. Votre sujet ne reflète pas ce que vous voulez dire. Je ne pense pas que les étudiants sont immatures. De par nature, l’étudiant est toujours au fait des problèmes de société, qu'ils le disent ou non. Seulement, dans ce cas précis, ils ont d'autres préoccupations plus basiques, comme je viens de le dire.

Vous peut-être avez le temps et la conscience de poser les problèmes de société, et vous êtes encore étudiant. Alors, il faudra commencer par vous même, et encourager d'autres étudiants a venir vous suivre dans ce combat. Mais vous ne pourrez réussir ce combat en vous aliéner ceux qui sont supposes vous soutenir dans ce débat d’idées (d'ou mon problème avec votre titre). Dans tout combat, il suffit d'une seule personne pour montrer la voie. Commencez par parler de ces problèmes de société dans votre blog en interpellant directement nos gouvernants. Les étudiants, et les autres comme moi vont suivre, et c'est le Sénégal qui en bénéficiera. Bonne continuation.
UsmanTurey En Août, 2014 (19:10 PM) 0 FansN°:9
Merci AG. #Le_Combat_Continue.
Mr LEYE En Août, 2014 (19:25 PM) 0 FansN°:10
A vrai dire, c'est une analyse très pertinente, et je vois que au delà même du critique, tu appelles les étudiants à plus de responsabilité dans leur revendications. En d'autre mots, de voir au delà de leurs intérets personnels, malheureusement tu as raison quand tu qualifie l'étudiant Sénégalais d'immature, car affirmons le, on se détourne facilement des problèmes de la société Sénégalaise. "CHANGE THE CHANGE YOU WANT THE SOCIETY TO CHANGE" yagu si dé, du Courage!!!!!!!!!
Kocc Barma. En Août, 2014 (23:24 PM) 0 FansN°:11
Autant pour moi, + COI au lieu de + COD, puisqu'il s'agit de completer ta phrase par un cmplt d'objet indirect.

Mon opinion quant au fond est que je suis d'accord toi que les etudiants ne doivent pas se soulever quand leurs bourses ou leurs confitions de vie au campus ou d'etude sont menacees. Tu as indique des les autres qui auraient du aussi les preoccuper mais, a mon avis tu ne t'es pas apesanti sur celles qui affectent plus directement leur conditions de vie. Je pense aux questions de democratie, de bonne gouvernance, etc. Parce que quand les conditions que je viens de citer ne sont pas reunies, c'est des fleaux comme le corruption, les detournements de biens publics qui s'instaurent, et le gouvernement ne peut pas soutenir les etudiants, et a leur sortie ils risquent d'avoir tres peu d'opportunites.
Anonyme En Août, 2014 (00:40 AM) 0 FansN°:12
L'analyse aurait été plus pertinente s'il n'y avait pas autant de fautes et d'incohérence. En tant qu'enseignant à l'UGB et ancien étudiant de cette institution (Sanar 2), je me sens déshonoré par cet étudiant de CRAC qui, à y voir de plus près, n'est pas un CRACK.
UsmanTurey En Août, 2014 (02:48 AM) 0 FansN°:13
On est tous des apprenants. Chaque jour, on se forge! Je remercie le bon Dieu de me m'avoir donné cette conscience que je semble avoir, ETANT JEUNE! Même si, apparemment, il ne m'a pas fait don de capacités optimales pour exprimer de manière parfaite cette conscience, Quand même je Le remercie profondément!

PS: Visé!
Anonyme En Août, 2014 (12:01 PM) 0 FansN°:14
Moi je suis écœuré à chaque fois que les étudiants s'expriment à la télé. Rares sont qui sont capables de construire de phrases correctes ou un discours bien articulé.
Eniabsembe En Août, 2014 (12:29 PM) 0 FansN°:15
Tourey manding mory, ne prenez surtout pas mal ces critiques. En lisant votre texte, je trouve qu'elles sont bien fondées, et ce doit être un motif pour vous de mieux faire. Je comprends en particulier la réaction de ce professeur de l'UGB, vous devez faire mieux dans vos prochains articles parce que, maintenant que vous vous êtes identifie comme un étudiant de l'UGB, il sera lui aussi juge à travers ce que vous présentez.

Soyez simple, concis et clair, vous n’avez pas besoin d'être pédant. Contrôlez votre vocabulaire, ce qui est relativement facile avec les ordinateurs d'aujourd'hui.

Pour terminer, vous faites preuve de courage en soumettant vos écrits a tout le monde à travers le net, et hélas parfois aux railleries de certains, tirez-en le meilleur profit en améliorant graduellement votre écrit.
Anonyme En Août, 2014 (22:19 PM) 0 FansN°:16
Tout le problème est que nous avons des étudiants vip ( ordinateur portable, tablette et habillement chers./.
UsmanTurey En Août, 2014 (23:57 PM) 0 FansN°:17
Je ne prends jamais mal les critiques, quelles qu'elles soient! Au contraire j'essaye toujours de tirer l'essentiel de la critique, c'est à dire ce qui m'aide à aller de l'avant. Seulement il y a une manière de critiquer. Je n'ai pas posté ce billet pour qu'on y commente des rectifications ou des conseils! Je rappelle que ce billet parle de l'immaturité de l'étudiant sénégalais d'aujourd'hui. Je ne suis peut-être pas celui qui doit vous dire quoi commenter sur la publication mais au moins vous devez savoir que c'est un problème qui est posé et que votre commentaire ne doit pas sortir du cadre! C'est le fond qui doit, selon moi, encadré votre commentaire. Autrement dit, si vous commentez, cela doit être pour dire votre avis sur ce qui est dit dans le texte et non comment il a été dit. Maintenant si vous jugez qu'il y a des éléments dans la présentation qui méritent d'être revisités, Cela peut bien se faire en PV! Ce n'est pas pour rien que j'ai mis mon email. Alors, Si quelqu'un sent qu'il doit me venir en aide,et qu'il est véridique et sincère dans sa démarche, y a pas lieu qu'il l'étale publiquement! A moins qu'il cherche autre chose que DIEUREUDIEUF!

Avec tous mes respects!
Eniabsembe En Août, 2014 (02:26 AM) 0 FansN°:18
Cela dit, vous ne l'admettrez peut être pas, mais vous avez visiblement mal pris certains commentaires. Cela transparait clairement dans votre langage. C'est naturel. J'en ai eu moi-même l'expérience quand, à mon premier poste de travail, une lettre que j'avais préparée a la demande de mon chef de service m'a été retournée, corrigée EN ROUGE, de haut en bas. J'en étais furieux, mais quelques mois plus tard, après plusieurs expériences similaires, je me suis rendu compte qu’effectivement mes premiers écrits n'étaient bons qu’à se torcher le c...

Les gens vont continuer à vous souligner des choses non pas en prive, mais bien publiquement. Contrôlez ce que vous faites, mais ne cherchez pas à règlementer ce que les lecteurs vont écrire en réaction de vos billets, comme vous les appelez. Sincèrement, vu l'effet que cela aura vous, vous devriez, à mon avis, plutôt rester ouvert à cela.

Du courage, je vais m'abonner à votre blog parce que vous semblez être un individu intéressant. Et ceci peut être la clôture de cet échange sur la forme de ton texte.
Anonyme En Août, 2014 (02:29 AM) 0 FansN°:19
Vous réponse est très intéressante, et je dois dire, bien écrit. Vous avez donc pu faire quelques ajustements, et c’est tout à votre crédit.

Cela dit, vous ne l'admettrez peut être pas, mais vous avez visiblement mal pris certains commentaires. Cela transparait clairement dans votre langage. C'est naturel. J'en ai eu moi-même l'expérience quand, à mon premier poste de travail, une lettre que j'avais préparée a la demande de mon chef de service m'a été retournée, corrigée EN ROUGE, de haut en bas. J'en étais furieux, mais quelques mois plus tard, après plusieurs expériences similaires, je me suis rendu compte qu’effectivement mes premiers écrits n'étaient bons qu’à se torcher le c...

Les gens vont continuer à vous souligner des choses non pas en prive, mais bien publiquement. Contrôlez ce que vous faites, mais ne cherchez pas à règlementer ce que les lecteurs vont écrire en réaction de vos billets, comme vous les appelez. Sincèrement, vu l'effet que cela aura vous, vous devriez, à mon avis, plutôt rester ouvert à cela.

Du courage, je vais m'abonner à votre blog parce que vous semblez être un individu intéressant. Et ceci peut être la clôture de cet échange sur la forme de ton texte.
UsmanTurey En Août, 2014 (03:11 AM) 0 FansN°:20
Merci beaucoup pour votre apport considérable en rappel et partage d'expériences.

Je ne suis, encore une fois, qu'un étudiant. J'espère et crois profondément que j'irai de l'avant si le bon Dieu me garde vivant pendant longtemps. Et je demeure convaincu que ma vie, pour parler comme Mussa Ka, "n'est qu'un tableau que je dois peindre qu'en partie".

Donc je ne saurai rejeter ou manquer de considération aux critiques ou manifestations d'intérêts de mes semblables car, comme le disais Gustave Flaubert, "je ne puis rien réaliser si je ne suis pas avec eux!".

En tout cas merci à vous de vous être signalé à travers mon billet. Et à très bientôt pour d'autres échanges beaucoup plus fructueux!

Respectueusement!

Ajouter un commentaire

 
 
Usman TUREY
Blog crée le 05/06/2014 Visité 308864 fois 48 Articles 9150 Commentaires 12 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
POINT SUR LES FILLES SÉNÉGALAISES D'AUJOURD'HUI!
SENEGAL: Que deviennent les personnes handicapées?
La « Musulmanité » des musulmans en question : l’exemple de la célébration du Mariage.
\"Une étude sociologique démontre que le Sénégal est un peuple méchant\"
L -impolitesse sénégalaise: Une préoccupation nationale à 360°